You are currently viewing Paul Kammogne Fokam : Itinéraire d’un milliardaire panafricain

Paul Kammogne Fokam : Itinéraire d’un milliardaire panafricain

  • Post category:Biographie

Paul Fokam, né le 27 avril 1948 à Mboukoué dans la ville de Baham au Cameroun, est un banquier, homme d’affaires et multimilliardaire camerounais. Avec une fortune estimée à environ 1 milliard de dollars, c’est l’une des figures majeures de ce qu’on pourrait appeler l’Afrocapitalisme. Panafricain dans l’âme, l’homme d’affaire est également l’auteur d’ouvrages de réflexion sur l’Afrique.

Il a commencé sa carrière en 1976 comme adjoint au chef d’agence de la Cameroon Bank. Contrairement à l’attente des employeurs, il n’y fera que trois ans avant d’aller poursuivre ses études en France. Il y obtient un diplôme en gestion économique au CNAM de Paris puis un doctorat en sciences de gestion à l’université de Bordeaux en 1989. En 1993, il est recruté comme maître de conférences à l’Institut technique de banque du conservatoire national des arts et métiers (CNAM) de Paris.

Début des années 90, Paul Fokam fonde la Caisse Commune d’Epargne et d’Investissement (CCEI), une banque camerounaise qui deviendra plus tard en 2002 Afriland First Bank. Ce changement de nom annonçait plutôt un virage important car dans les années suivantes, la banque devient un concurrent direct des groupes internationaux implantés en Afrique centrale, comme la Société Générale ou le Crédit Lyonnais.

Le fondateur de l’Afriland First Bank est aussi le créateur de la Société Africaine de Participation (SAPA): une sorte de fond d’investissement à portefeuille diversifié de plusieurs PME réparties dans divers secteurs comme : l’assurance, l’agro-industrie, la sécurité, l’édition, la promotion immobilière, la logistique et le transport. Insatiable, l’homme d’affaire camerounais fondera ensuite la SAAR (Société Africaine d’Assurance et de Réassurance), la SAPI (Société Africaine de Promotion Immobilière), la maison d’édition africaine AFREDIT, l’AGES (une société de gardiennage), etc.

Chercheur de formation, Paul Fokam engage aussi des réflexions sur la pauvreté en Afrique. C’est à la lumière de cette préoccupation qu’il crée en 1992 la microfinance MC2 qui œuvre pour le développement et l’épanouissement des petits entrepreneurs et agriculteurs dans les zones rurales. Il popularise la formule : VP = MC2, c’est-à-dire la Victoire sur la Pauvreté (VP) est possible si les Moyens (M) et les Compétences (C) de la Communauté (C) sont mis ensemble.

Paul Fokam

Ayant à cœur de former la jeunesse africaine, l’homme d’affaires camerounais lance la création de son université PK Fokam Institute of Excellence en 2006. Cette université sise à Yaoundé vise le renforcement de capacité des jeunes entrepreneurs africains. Par ailleurs, il est le fondateur de la chaine de télévision VoxAfrica qui émet depuis Londres et dirigé par sa fille Rolande Kammogne.

Mettant la réflexion au centre de son engagement, Paul Fokam est aussi l’auteur de plusieurs ouvrages. Sa plume porte essentiellement sur le réveil de l’Afrique. Pour Paul Fokam, il faut abandonner l’éducation de la récitation au profit de l’éducation du questionnement. A travers ses ouvrages, il propose de solutions concrètes pour sortir l’Afrique du cercle infernal de la pauvreté. Ses œuvres les plus connues sont Et si l’Afrique s’éveillait ?, Quelle Afrique à l’horizon 2050 ? En 2019, il a coécrit avec Gervais Koffi DJONDO, le fondateur d’ECOBANK Deux capitaines d’industrie se racontent, un livre passionnant dans lequel les deux hommes d’affaires panafricains narrent leurs parcours et leur engagement pour une Afrique forte.

Par ses actions, son engagement Paul Fokam est une source d’inspiration pour la jeunesse africaine. Son parcours entrepreneurial est un fort message à l’endroit des jeunes entrepreneurs. C’est en allant dans ce même but (celui de promouvoir l’entrepreneuriat en Afrique) qu’il lance le PK Fokam Awards for Science and Technology en 2016 pour récompenser les jeunes et talentueux entrepreneurs africains.

Cet article a 2 commentaires

Laisser un commentaire