Quelle éducation pour l’Afrique au 21ème siècle

Quelle éducation pour l’Afrique au 21ème siècle

Tout peuple qui veut prospérer doit bâtir un système éducatif qui permette à chaque citoyen de vivre dignement. Cependant, si vous êtes africain, vous avez constaté avec déception que le système éducatif africain est une usine de conception et de fabrication sur mesure de chômeurs. Comment vivre dignement quand on a pas de travail et qu’on est incapable d’en créer soi même ? Il y a donc urgence à réfléchir sur des pistes de solutions, puisque l’Afrique est à la croisée des chemins. Selon les chiffres publiés par les Nations Unies, la population du continent a une moyenne d’âge de 19 ans. Il est donc évident que le visage que présentera l’Afrique dans quelques décennies dépend de l’éducation actuelle de ses habitants.

Si vous êtes un de ces africains préoccupés par le sort de sa Terre natale, vous vous demandez sans doute quelle éducation faut-il donc au jeune africain pour faire de l’Afrique un continent riche, fort et souverain ? Quel visage espérer pour l’école africaine de demain ? Pour répondre à ces interrogations, Oh My Afrika vous propose quelques pistes de réflexions.

Quel doit être le rôle de l’éducation en Afrique ?

Education jeunes africains

Avant d’évoquer les caractéristiques du système éducatif idéal en Afrique, nous allons tout d’abord rappeler la mission principale de l’éducation. Quel que soit le pays, le rôle d’un système éducatif est de former les citoyens afin qu’ils puissent trouver des solutions adaptées aux problèmes et besoins de leur environnement. Si vous avez fréquenté en Afrique, vous vous demandez sûrement si tel est le cas de l’éducation que vous avez reçue ? Je vous laisse répondre vous même. Continuons notre chemin.

Concrètement, le système éducatif d’un peuple doit donner les moyens aux citoyens pour transformer l’environnement en un espace créateur de richesse matérielle, sociale et intellectuelle. Une éducation bien pensée doit permettre au minimum à chaque citoyen de se prendre en charge et d’assurer ses besoins vitaux les plus élémentaires : manger, travailler décemment, se loger dignement etc.

Mais en Afrique, le constat est alarmant et appelle à une réflexion profonde de la part de chacun de nous. Nous détenons le triste record des jeunes qui sortent des universités bardés de diplômes aux noms fanfaronnants, mais dont les compétences réelles sont obsolètes. Nos universités regorgent de facultés aux spécialités inutiles pour les besoins actuels du continent et pourtant bondés d’étudiants. Pour le jeune africain, les diplômes deviennent des certifications pour faire valoir des compétences au chômage. Dans ces conditions, plus rien ne m’étonne, chanterait le grand frère Tiken Jah Fakoly. L’état du continent ne peut plus être une surprise. Il n’est que la conséquence logique d’un système éducatif d’origine coloniale qui a façonné des générations d’africains à vouer un culte divin à la bureaucratie.

Et puis, pour couronner le tout, le jeune étudiant africain formaté par des programmes scolaires périmés n’a souvent aucune connaissance pratique pour entreprendre et se prendre en charge. Et pourtant, l’Afrique regorge d’opportunités inouïes. Il suffisait seulement que ce jeune ait été éduqué à dénicher les opportunités qui défilent sous son nez…

Quelles solutions pour améliorer l’impact de l’éducation en Afrique ?

Nouvelle éducation en Afrique

Comme nous venons de le voir, le constat est amer. Faut-il se plaindre ? Sûrement pas. Les plaintes n’ont jamais rien changé sur cette planète. Essayons plutôt d’utiliser notre cerveau pour faire une analyse lucide des problèmes afin d’esquisser les meilleures solutions. Quelles orientations donner aux formations africaines pour qu’elles répondent aux besoins des populations ? La réponse est très simple et tient en une seule phrase. Il faut un système éducatif centré sur les réalités africaines, conçu par les africains pour les africains. Il faut en finir avec les bavardages inutiles qui ne nous servent qu’à tourner en rond pendant que le monde entier vient s’enrichir en Afrique.

L’éducation doit désormais être en phase avec les réalités socio-culturelles du continent sinon nous allons droit dans le mûr. Les programmes scolaires africains devront être conçus pour répondre aux besoins concrets des populations en étant par exemple orientés vers les secteurs vitaux comme l’Agriculture, l’Entrepreneuriat et l’Industrialisation du continent.

Le but premier de l’éducation devrait être de faire de telle sorte qu’il n’y ait en Afrique aucun pauvre. Une éducation qui ne permet pas à l’enfant du citoyen le plus pauvre de sortir de la pauvreté n’est pas un système éducatif, c’est un système d’esclavage, point. Au lieu d’être le fossoyeur de la jeunesse, l’école devrait être le moyen par lequel n’importe quel africain puisse devenir autonome et vivre dignement. Il faut une éducation pragmatique qui puisse montrer à chaque jeune africain que la richesse n’est qu’un état d’esprit et qu’il lui suffit d’oser acquérir des compétences nécessaires pour y accéder.

Nous rêvons d’une Afrique où lorsqu’on demandera à un jeune enfant quel est son métier de rêve, il puisse répondre avec fermeté : je veux devenir industriel, je veux devenir entrepreneur. Ceci n’est pas une invitation à négliger les autres corps de métier, mais plutôt une invitation à libérer le potentiel créateur de richesse du jeune africain longtemps trop catégorisé au rang de simple consommateur.

Solution éducation en Afrique

Qu’est ce que nous pouvons faire ?

Désormais, nous devons œuvrer chacun à notre niveau pour que la soif du savoir et du savoir-faire devienne la principale caractéristique du jeune africain. L’Afrique du 21ème siècle doit former en masse et en qualité des entrepreneurs, des industriels, des ingénieurs, des scientifiques… pour être au rendez-vous de l’innovation technologique. Ce n’est qu’à ce prix que nous pouvons devenir des africains capables de résoudre les problèmes du continent. Ce n’est qu’à ce prix que nous pouvons sortir l’Afrique du piège dans lequel il est englué depuis des siècles.

Tout le monde entier rêve des terres africaines, mais la jeunesse africaine ne rêve que de partir du continent pour aller occuper des emplois de misère en Europe. Il y a urgence. Il faut mettre fin à ce paradoxe qui fait pleurer. Comment ? Par l’acquisition de compétences qui nous permettront de créer chez nous les entreprises et les industries capables d’embaucher des milliers de personnes.

À retenir

Pour l’africain du 21ème siècle qui veut être utile à sa communauté, il faut :

  • Une éducation académique centrée sur les réalités africaines
  • Des connaissances financières, économiques et géostratégiques pour savoir créer de la richesse pour la communauté
  • Une éducation historique pour être conscient de son Histoire et de l’avenir de ses descendants

Voilà ce que nous pensons de l’avenir de l’éducation en Afrique. Si vous avez de meilleures propositions, dites les nous dans les commentaires.

Laisser un commentaire