10 jeunes entreprises à suivre en 2022 en Afrique francophone

You are currently viewing 10 jeunes entreprises à suivre en 2022 en Afrique francophone

Les jeunes start-up africaines montent en puissance. Même si le classement des meilleures start-ups africaines est largement dominé par les pays anglophones (Nigéria, Afrique du Sud, Kenya, Ghana, Egypte…), certaines start-ups de la zone francophone arrivent à tirer leur épingle du jeu. Dans cet article, nous vous proposons une sélection de dix jeunes entreprises prometteuses des pays d’Afrique dits francophones. L’ordre de classement des entreprises est purement subjectif.

1. GOZEM

Gozem est une entreprise lancée en 2018 au Togo en vue de faciliter le transport et la mobilité urbaine. Concrètement, Gozem met à disposition de ses utilisateurs une plateforme de réservation de taxi-moto, de voitures ou de tricycles. Depuis, Gozem s’est étendue d’abord au Bénin puis dans 6 autres pays d’Afrique l’ouest et du centre en devenant une super application qui regroupe des services de livraisons, de transport et de paiement numérique. Fondé par Grégory Costamagna, Raphaël Dana et Emeka Ajene, Gozem prévoit dans les mois à venir d’intégrer une crypto-monnaie à sa plateforme. Cette entreprise est particulièrement à suivre puisqu’elle bénéficie d’une solide santé financière par rapport à ses concurrents en réussissant à faire plusieurs levées de fonds dépassant largement le million de dollars. Elle a même racheté Délivroum une start-up de livraison au Togo. C’est dire à quel point Gozem est une entreprise qu’il va falloir suivre de près…

2. PayDunya

Fondée en 2015 à un moment où peu de personnes avaient foi en l’avenir des paiements digitaux en Afrique, PayDunya est une entreprise pionnière qui a facilité les paiements en ligne pour beaucoup d’opérateurs économiques. D’abord implantée au Sénégal, l’entreprise s’est étendue en Côte d’ivoire, au Bénin, au Burkina Faso, au Mali et tout dernièrement au Togo. PayDunya offre des services de paiement en ligne et des porte-monnaie électroniques utilisés dans les divers pays ou elle est implantée. Les utilisateurs peuvent ainsi payer directement sur leurs mobiles.

PayDunya est aussi l’histoire de 4 jeunes africains Aziz Yerima, Youma Fall, Honoré Hounwanou et Christian Palouki qui se sont rencontrés pendant leurs études à  l’École Supérieure Multinationale des Télécommunications (ESMT). Venant de nationalités différentes (Bénin, Côte d’Ivoire, Sénégal et Togo), les fondateurs ont voulu faire de PayDunya une entreprise à visée panafricaine dès sa conception. La belle histoire se déroule bien, puisque pour l’instant, après 7 ans d’existence, la jeune entreprise indique avoir réalisé plus de 15 millions de transactions financières pour un montant total de 110 milliards de FCFA. L’aventure semble bien continuer pour les 4 pionniers…

3. Kiro’o Games

Kiro’o Games est un studio de jeux qui ambitionne de révolutionner l’industrie du jeu vidéo en Afrique. Fondé par un précurseur en la personne d’Olivier Madiba, Kiro’o Games a annoncé avoir levé 1 million de dollars en mai 2021. Preuve que Kiro’Games fait partie des jeunes entreprises de la Tech africaine qui attirent la confiance des investisseurs. L’histoire commence en 2013. Malgré des difficultés dus au manque de financement, Olivier Madiba qui s’est formé en autodidacte décide malgré tout de lancer le jeu Aurion qu’il développait depuis des années. Entouré d’une équipe de passionnés, il lance Aurion : l’Héritage des Kori-Odan, un jeu qui s’inspire de la culture et de l’imaginaire africain. C’est l’un des tout premiers jeux vidéo célèbres réalisés en Afrique pour une audience internationale.

Dans sa conquête déclarée de l’Afrique, Kiro’o Games vient de réussir là où tous les géants du jeu vidéo ont échoué en Afrique : réunir tous les moyens de paiement disponibles dans les différents pays d’Afrique sur sa plateforme. Sachant que Kiro’o Games ambitionne de toucher 1 millions de clients d’ici 2025, désormais la monétisation massive de ses jeux vidéos partout en Afrique n’est plus qu’une question de temps. Kiro’o Games a lancé officiellement l’ouverture de son capital  auprès d’investisseurs privés nationaux et internationaux. Avis donc aux investisseurs qui veulent faire une très bonne affaire…

4. Semoa Group

Semoa Group, est une fintech de paiement mobile qui opère dans plusieurs domaines. Fondée par le togolais Edem Adjamagbo, ingénieur en informatique décisionnelle, l’entreprise conçoit et fabrique, un modèle de bornes de paiements appelé : Semoa-Kiosk.  Ce sont des bornes munies d’un lecteur de billets qui reconnaît et valide les billets insérés. L’utilisateur commande en ligne et reçoit un code à 4 chiffres par SMS. Il va ensuite insérer ce code sur une borne pour effectuer le paiement. L’objectif est d’implanter le service dans au moins 15 pays africains en  construisant 50 nouvelles bornes par an pour conquérir tout le continent.

Semoa Group entend répondre aux besoins bancaires du marché africain via le mobile banking. Elle crée ainsi des applications pour faciliter des opérations comme la consultation de solde, les transferts de compte à compte, la demande de RIB, etc. En mars 2018, SEMOA Group a démarré une levée de fonds de 854 millions de FCFA (1,3 million d’euro) sur trois ans pour financer sa croissance. Semoa et Ecobank – Togo ont lancé en 2021, une nouvelle solution mobile banking via WhatsApp. Elle permettra aux clients Ecobank de retirer, sans carte bancaire, de l’argent d’un compte mobile money. D’autres entreprises africaines comme Gozem, Moov Africa, BMCE (Banque marocaine) et SUNU Bank Togo font déjà confiance aux produits de Semoa. La fintech togolaise a de beaux jours devant elle.

5. Afrikrea (Anka)

Afrikrea est une plateforme de vente qui a pour mission de faire découvrir, faire acheter et de faire vendre de la mode, art et artisanat Made Of Africa au monde entier. Initiée en 2013 et lancée définitivement en 2016, Afrikrea réunit des créateurs, africains ou non, venant de divers coins du monde et leur permet d’ouvrir gratuitement une boutique en ligne pour vendre leurs créations. L’entreprise propose ainsi en seul lieu le plus grand catalogue d’articles, d’art et d’artisanat inspirés par l’Afrique. Les fondateurs Moulaye Taboure, Abdoul Kadry Diallo et Luc Perussault-Diallo ont voulu créer une plateforme où :

  • les créateurs inspirés par l’Afrique puissent vendre leurs créations et pouvoir vivre de leurs talents
  • Les amoureux d’Afrique peuvent acheter parmi le plus grand choix de créations africaines, en un seul clic

Installée à Abidjan depuis 2018, la start-up, Afrikrea revendique en fin 2021, 500 000 utilisateurs mensuels (pendant le covid),  provenant de 145 pays et plus de 10 millions d’euros (environ 7 milliards de FCFA) de transaction financière. Début 2022, Afrikrea, qui a changé de nom pour devenir Anka a annoncé une levée de fonds de 5,4 millions d’euros. A cette allure, Afrikrea deviendra sans doute l’une des plus grandes marketplace d’Afrique consacré à la culture africaine.

6.We Cash Up

We Cash Up, est une fintech camerounaise qui entend révolutionner le monde du mobile money (paiement par téléphone mobile) en Afrique. L’application We Cash Up, regroupe et gère toutes vos opérations mobile money sans connexion Internet. Dans les faits, l’application permet à tous les vendeurs de traiter les paiements en espèces, argent mobile et cartes bancaire avec un seul outil. Avec WeCashUp, vous pouvez faire vos achats en ligne ou hors ligne et payer avec votre mobile de manière fiable, sécurisée et à moindre coût sans avoir une carte ou un compte bancaire.

L’entreprise fondée en 2015 par Cédric Atangana et son associé Annicelle-Reine Kungne alors  qu’il était étudiant à Marseille est devenue depuis un des fleurons de la fintech africaine. Comme l’a annoncé le CEO Cédric Atangana, au cours des 11 derniers mois, We Cash Up a pratiquement franchi la barre des 2 milliards de dollars de transaction avec un taux de croissance cumulé de plus de 500.000 % ! Si vous avez envie de miser gros sur une start-up africaine, We Cash Up est sans doute un choix pertinent…

Kunfabo est une entreprise qui a créé une nouvelle marque de smartphone africain avec des applications purement africaines pour faciliter la vie quotidienne des utilisateurs africains. Dirigée d’une main de fer par la guinéenne Fadima Diawara, l’objectif de Kunfabo est de doter le smartphone d’applications répondant aux besoins réels des populations africaines. Tout a commencé en 2016 quand Fadima Diawara se lance dans l’aventure entrepreneuriale. Après 3 ans de travail acharné, l’entreprise commercialise ses premiers smartphones en Janvier 2020. Comme promis, le smartphone Kunfabo est doté d’applications répondant aux besoins des africains. Entre autres, on peut citer :
  • « Find me », une application de géolocalisation des zones de santé, de pharmacies de proximité qui fonctionnent sur toute l’étendue du continent africain
  • Dikalo, le « WhatsApp africain » développé par une start-up camerounaise.
Suite à une forte demande, son entreprise a signé à un accord de distribution avec le géant de la téléphonie mobile MTN. Elle a aussi annoncé récemment une deuxième introduction sur le marché notamment en République Démocratique du Congo, au Sénégal, au Cameroun et en Europe. Fort de son succès Fadima Diawara a levé quelques mois après son introduction sur le marché 130 millions de F CFA (200 000 euros) auprès de la banque Société Générale. En ce début 2022, l’entreprise a annoncé la finalisation de la production de son dernier modèle la F99 Pro. Elle sera bientôt disponible sur le marché. Si vous avez envie de tester un smartphone adapté aux besoins africains, vous savez ce que vous devez faire…

8. CinetPay

CinetPay est une entreprise qui propose des solutions de paiement en ligne, par mobile money, des cartes bancaires et des porte-monnaie électroniques permettant de vendre et de recevoir les paiements en ligne sur les sites Internet. Présente dans 8 pays d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique Centrale, la jeune entreprise ivoirienne a pour mission de faciliter l’intégration des moyens de paiement en ligne pour les e-commerces. Ainsi les commerçants et les e-commerçants ont désormais la possibilité avec CinetPay d’encaisser des paiements avec les moyens de paiement locaux  (mobile money et portefeuilles électroniques) et des moyens de paiement internationaux (Cartes Bancaires), le tout unifié sur une seule et unique interface.

CinetPay est aussi une histoire d’amitié. Les deux fondateurs, Idriss Marcial Monthe et Daniel Dindji se connaissent depuis l’école maternelle et ont suivi le même parcours jusqu’à obtenir ensemble leur diplôme d’ingénieur à l’École nouvelle supérieure d’ingénieurs et de technologies (Ensit-Côte d’Ivoire). Ils fonderont une première entreprise CinetCore puis CinetPays en 2016.

Pour financer sa croissance, la start-up vient de lever de 2,4 millions de dollars, soit environ 1,4 milliard FCFA. L’objectif avoué selon les propres mots du CEO Idriss Marcial Month est :  « d’être le premier agrégateur de paiements en Afrique francophone, d’ici 2025. » Rien que ça…

9. Paps

Paps est une entreprise de logistique et de livraison qui permet à d’autres entreprises d’acheminer facilement leurs marchandises vers leurs clients.  L’offre de Paps englobe l’importation de stock de marchandises ou la distribution de produits à l’international. Paps s’occupe de toute la chaîne logistique de ses clients : de la collection des marchandises, jusqu’à la gestion des retours client en passant par le fret, le stockage, et la livraison. L’objectif de l’entreprise est aussi d’offrir une solution clés en main pour les opérateurs import-export.
Fondée en 2016 par Bamba Lo et Rokhaya Sy, Paps a débuté par  la livraison à la demande en mettant en relation des clients et des livreurs. Ce n’est qu’en 2018, qu’elle a commencé par proposer des services de transport et de logistique pour les entreprises. En 2022, la jeune structure possède déjà une flotte de 500 véhicules de livraisons associés. Première entreprise de livraison proposant la géolocalisation en Afrique francophone, Paps a récemment levé 4,5 millions de dollars pour atteindre ses objectifs de croissance et s’étendre dans d’autres pays que la Côte d’Ivoire et le Sénégal.

10. Wave

Wave est une entreprise américano-sénégalaise fondée par deux Américains Drew Durbin et Lincoln Quirk.  Les deux compères se sont d’abord illustrés en fondant Sendwave, entreprise spécialisée dans les transferts d’argent digitaux vers l’Afrique et l’Asie. Ayant flairé le potentiel de la fintech sur le continent africain, ils se sont installés au Sénégal en créant Wave en 2018. Concrètement, Wave s’est imposé sur le marché en cassant les prix des services de mobile money. Chez Wave, les opérations de dépôt et de retrait d’argent sont gratuites pour les clients et l’entreprise touche seulement 1 % de commission sur les transferts nationaux, taux inférieur à ce que proposent les autres concurrents tels que Moov Money ou Orange Money.

Cette politique de coûts bas a permis à Wave de connaître une croissance vertigineuse, car elle compte déjà six millions d’utilisateurs  mensuels. En 2021, elle a levé 200 millions de dollars auprès d’investisseurs internationaux pour poursuivre sa croissance vertigineuse. Déjà installé aussi en Côte d’Ivoire, Wave s’est lancée aussi au Mali et en Ouganda. Même si elles n’offrent pas forcément les mêmes services, la guerre des fintechs a débuté et Wave semble bien parti pour la gagner puisqu’elle est devenue la première licorne d’Afrique francophone en étant valorisée à environ 1,7 milliard de dollars.

Comme déjà mentionné plus haut, ce classement reste purement subjectif. Ce qui est sûr, l’Afrique francophone peut désormais compter sur ses jeunes entrepreneurs qui essaient de faire bouger les choses.

Laisser un commentaire